Accueil > Formation > Master d'Ergonomie (voie recherche)
     

 

Si vous êtes intéressé.e par la recherche en ergonomie, mais ne souhaitez pas la validation d'un diplôme, veuillez consulter les conditions d’accès à la formation « La recherche en ergonomie : objets scientifiques, ancrages théoriques et methodologiques ».


Master Sciences humaines et sociales mention Ergonomie (voie recherche)

Responsabilité pédagogique : Pierre Falzon, Professeur Cnam et Adelaide Nascimento, Maître de conférences

Coordination : Adelaide Nascimento

Compétences visées

La voie recherche du M2 mention Ergonomie constitue une étape d'entrée dans le monde de la recherche et vise à préparer à la réalisation d'une thèse.

La recherche en ergonomie produit d'une part des modèles des activités des opérateur-trices ou utilisateur-trices des systèmes, d'autre part des modèles de l'action des ergonomes et de ses effets. Au cours du Master, ces différents modèles sont présentés et discutés, sans exclusive, avec pour seul critère l'exigence de rigueur et d'ouverture scientifique.

La formation a pour thème central l'activité humaine, c'est-à-dire l'Homme raisonnant, agissant, et cherchant à obtenir un résultat (qualité et quantité). Dans le cas d'activités de travail, s'ajoutent à ceci les caractéristiques techniques, organisationnelles, sociales et économiques de l'environnement professionnel.

Au terme de la formation, les étudiants sauront :

  • construire une démarche méthodologique permettant l'identification de questions d'ergonomie à partir de problèmes rencontrés dans le champ social et du travail ;

  • choisir et mettre en œuvre des méthodes pour traiter les questions ainsi formulées ;

  • éprouver la cohérence et la validité de ces méthodes par rapport à ces questions.

Conditions d'accès

La candidature est ouverte aux titulaires d’un niveau minimum Bac+4 : maîtrise ou M1 en ergonomie ou dans une discipline compatible (Psychologie du travail, Sciences de l’éducation, Sociologie du travail, STAPS, Ingénierie HSE). Dans le cas où les acquis antérieurs seront jugés insuffisants, le jury d’admission pourra soit refuser la candidature, soit demander des compléments de formation en M1 d’ergonomie. 

Métiers cible

Les débouchés professionnels des ergonomes titulaires d'un Master voie Recherche sont de trois ordres :

  • l’exercice du métier en tant que consultant (1/3 des titulaires d’un Master Recherche)

  • l’intégration – pour la moitié des titulaires d’un Master Recherche - dans des services de recherche et développement des grandes entreprises (ergonomes internes chez PSA, Renault, l'Aérospatiale, EDF, la SNCF, la RATP, France Telecom, etc). L’obtention d’un doctorat peut être requise, notamment pour pouvoir exercer des fonctions d’encadrement scientifique.

  • l'enseignement supérieur et la recherche (le doctorat doit alors être obtenu).
    D'autres secteurs comme la médecine du travail, les hôpitaux publics, la réinsertion des handicapés en milieu de travail, la formation professionnelle sont intéressés par des recherches-interventions ou des recherches-actions en Ergonomie. Par ailleurs, les demandes des pays étrangers restent importantes (Amérique Latine, Canada, Afrique francophone et pays du Maghreb) pour acquérir une formation de leurs futurs universitaires.

Programme

Les UE composant le M2 Recherche sont listées dans le tableau ci-dessous.

M2 Recherche
Code
UE/UA
Nb h
ECTS
ERG210 Cognition et développement des organisations et des systèmes
40
4
ERG220 Ergonomie et conduite de projets
40
4
ERG225 Ergonomie et conception : outils et méthodes
60
8
ERG255 Ergonomie et société : enjeux et perspectives
30
6
  Anglais
4
  1 UE hors-ergonomie
60
6
ERG265 Conduire une recherche en ergonomie
120
12
UA2117 Mémoire
16
Total
350
60

Voir le descriptif des UE.

Les différentes interventions réalisées dans le cadre de l’UE ERG265 - Conduire une recherche en ergonomie sont regroupées autour de 6 modules thématiques, à savoir :

  1. Epistémologie et méthodologie de la recherche
  2. Santé et Travail
  3. Fiabilité et Sécurité
  4. Conception de dispositifs techniques
  5. Conception de l’organisation
  6. Formation, Apprentissage et Compétences

Les cours ont lieu sur 4 semaines bloquées, du lundi au vendredi, de 9h30 à 17h. Les dates pour l'année 2017-18 sont les suivantes :

  • du 9 au 13 octobre 2017
  • du 4 au 8 décembre 2017
  • du 15 au 19 janvier 2018
  • du 26 au 30 mars 2018

Quatre journées de séminaires sont à rajouter à ce programme.

L'enseignement de l'UE ERG265 compte avec la présence d’une quarantaine d’intervenants, issus de 21 institutions (universités, laboratoires de recherche, entreprise).

Pour information : intervenants 2016-2017
Paris 1 François Hubault
Paris 5 Catherine Delgoulet
Julien Nelson
Paris 8 Stéphane Safin
Paris 11 Vincent Boccara
Cnam Paris Flore Barcellini
Tahar-Hakim Benchekroun
Gaëtan Bourmaud
Pierre Falzon
Yannick Lémonie
Adelaide Nascimento
Laurent Van Belleghem
Moustafa Zouinar
Université Blaise Pascal – Clermont Ferrand Fabien Coutarel
Joffrey Beaujouan
Université de Toulouse Le Mirail Béatrice Barthe
Université de Metz Christian Bastien
Eric Brangier
Université de Lille 3 Justine Forrière
Université de Bretagne Sud Christine Chauvin
Gaël Morel
CEE – Creapt Corinne Gaudart
Serge Volkoff
Telecom ParisTech Béatrice Cahour
Ecole Nationale Supérieure de Cognitique de Bordeaux François Daniellou
Bernard Dugué
Johann Petit
Université de Bordeaux 1 Alain Garrigou
IPST - Cnam Irène Gaillard
Vanina Mollo
Université de Grenoble Sandrine Caroly
Université de Nantes Christine Vidal
Université de Valenciennes Françoise Anceaux
Université d’Aix en Provence Nathalie Bonnardel
SNCF Christian Blatter


Validation des Enseignements supérieurs

Certaines UE peuvent être validées via la VES (validation des enseignements supérieurs), selon le profil des candidats (cliquer sur la figure pour l'agrandir).


FIgure : Schéma décisionnel de recevabilité de la candidature et plan de formation en cas d’admission

Le travail de recherche

Les recherches en ergonomie peuvent prendre des formes très diverses : études de terrain, répondant à une demande réelle ; études recherche et développement dans le cadre de projets de développement technologique par exemple ; études de laboratoire, plus rares mais admises si leur validité écologique est clairement discutée. Ces recherches peuvent par ailleurs porter sur des domaines et sur des dimensions de l’activité très variés. Enfin, elles peuvent s’intéresser à développer des savoirs sur l’homme en situation d’activité réelle ou des savoirs d’action destinés à l’action ergonomique.

Il est donc difficile de définir un cadre unique de prescription et d’évaluation du mémoire. On peut néanmoins dégager des constantes :

  • le travail présenté doit s’appuyer sur la littérature internationale dans le domaine, qui doit être abordée sans esprit de chapelle et de manière critique et couvrir une diversité de familles de pensée, au-delà de l'ergonomie de l'activité francophone. La rédaction est suffisamment structurée pour que le lecteur perçoive pourquoi chaque auteur est mobilisé dans l'argumentation. Les références comportent au moins un tiers de travaux non francophones. La répartition entre les ouvrages (qui permettent de comprendre une pensée en profondeur) et les articles de revues reconnues (qui sont le standard de la production scientifique) doit être équitable.

  • la recherche doit viser à la construction de connaissances généralisables, et pas seulement au traitement d’une situation locale;

  • le mémoire doit exposer de façon claire un cadre théorique, les hypothèses posées, la méthode utilisée, les données recueillies, leur mode d’exploitation, les résultats de cette exploitation et les conclusions qui en sont tirées. Le lien explicite entre ces différents éléments est un indice important de la validité du travail fourni et de la cohérence de la démarche ;

  • la discussion évalue dans quelle mesure le matériau recueilli permet d'argumenter les thèses défendues par l'auteur, mais aussi les limites de la démonstration et les formes de validation ultérieure qu'il conviendra de rechercher. Un plan de recherche est proposé pour poursuivre l'investigation dans le cadre d'un travail de doctorat.

  • les recherches de terrain et celles conduites en laboratoire appellent des précautions distinctes :

    • dans le cas d'une recherche de terrain, le terrain (population, produit, process, technologie, organisation, enjeux de santé) est suffisamment décrit pour permettre la discussion scientifique. Le matériau, utilisé à l'appui de l'argumentation, est clairement explicité.

    • dans le cas d'une recherche s’appuyant sur une intervention, la méthodologie d'intervention et la méthodologie de recherche sur l'intervention sont distinguées.

    • dans le cas d'une recherche en laboratoire, les caractéristiques des terrains qui ont inspiré l'expérience sont discutées, ainsi que les inévitables réductions liées à l'expérimentation.

La recherche de l’étudiant est encadrée par un directeur de mémoire qui doit être membre d’une équipe d’accueil. Son rôle consiste à aider l’étudiant à définir sa problématique et à choisir les méthodes et outils d’analyse appropriés, à lire et commenter ses productions écrites. Le contrat qui le lie à l’étudiant implique une disponibilité dont les termes doivent être précisés avant le démarrage de l’encadrement.

Candidatures et procédures d'admission

Télécharger le dossier de candidature

Le dossier doit être envoyé rempli et accompagné des pièces demandées du 1er au 10 septembre 2017 à Yannick Lémonie.

 L’évaluation de la candidature se fait en deux étapes :

  • Le dossier est examiné afin de juger de sa recevabilité ;

  • Si la candidature est jugée recevable, l’étudiant en est informé et doit s’entretenir avec les deux responsables du parcours, qui décident ensuite de l’admission.
et